Monday, February 01, 2010

Robert Fisk on Armenian genocide's status in Israel

Here is a link to Robert Fisk's latest piece published in the Independent:

Sunday, November 08, 2009

Erdogan on Genocide

Turkish Prime Minister Tayyip Erdogan today rushed to the defense of Sudanese President Omar al-Bashir, ahead of the Organization of the Islamic Conference meet in Istanbul. Although the Sudanese head of state will most likely not attend, Erdogan thought it was important to express his opinion on Bashir's involvement in the atrocities in Darfur, for which the International Criminal Court issued an arrest warrant in March 2009. According to Erdogan,

"It is not possible for those who belong to the Muslim faith to carry out genocide"(Ha'aretz).

Tuesday, July 07, 2009

Link to Jerusalem Post on Israel-Azerbaijan relations

I am redirecting interested readers to a Jerusalem Post article on recent developments between Israel and Azerbaijan on the occasion of Peres visit to Baku.

Friday, February 20, 2009

Niyazi Capa ("No Jews or Armenians") May Face Prosecution

The Armenian office of Radio Free Europe/Radio Liberty has posted an article today, reporting that the author of "No Jews or Armenians are allowed through this door. Dogs are free to enter" may be charged for discrimination (not for racism, as should be noted).

Tuesday, November 25, 2008

Armenia Wins Gold; Israel Silver

Armenia placed first in the Chess Olympiad held in Dresden, Germany this past week, and Israel scooped up a silver medal, finishing one point behind the winner. While Armenia was favored to win the tournament, the Israeli team was not expected to perform this well.

Thursday, September 11, 2008

Movement in Armenian-Jewish Relations

The fallout from the August 2007 Watertown-ADL controversy (see #1, #2) is slowly changing Armenian-Jewish relations - perhaps for the better. As a result of the uproar by Watertown's Armenian community over the Anti-Defamation League's stance on recognition,  the heads of both the ADL and the American Jewish Committee (AJC), Abe Foxman and David Harris respectively, issued statements recognizing the 1915 killings of Armenians in the Ottoman empire as genocide.

Now, the AJC reports in an October 9, 2008 press release, "The Armenian Church has presented the American Jewish Committee (AJC) with a gold Kiddish cup, a Jewish ceremonial goblet, in appreciation of the long, positive history of close ties between the Armenian and Jewish peoples."

Although the press release quotes the Archbishop of the Diocese of the Armenian Church of America (Eastern), Turkish-born Vicken Aykazian, speaking at an AJC Board of Governors Meeting in New York, the cup was actually first presented to an AJC delegation in the Republic of Armenia back in May 2008. That AJC delegation included Barry Jacobs, the organization's D.C.-based Director of Strategic Studies, and Ambassador Peter Rosenblatt, who received the cup from His Holiness Karekin II, Supreme Patriarch and Catholicos of All Armenians. Jacobs and Rosenblatt also met with the prime minister of Armenia, Tigran Sargsyan

The kiddush cup theatrics and the AJC press release suggest a warming of relations between American Jewish organizations and American Armenians as well as the current government of Armenia. But the visit was not without its detractors in the American Armenian community, some of whom regard the AJC and Barry Jacobs in particular as chief antagonists in the struggle for U.S. recognition of the Armenian Genocide. In a somewhat allusive and occasionally confusing article denouncing the entire visit as a "machination," Jirair Haratunian claims that
Jacobs circulates articles from various sources supporting not only Israeli positions but pro Turkish and pro Azerbaijani policies as well. Jacobs’s bias against Armenia is palpable. A New York Times photograph taken at the session of the House of Representatives’ Foreign Affairs Committee showed Jacobs seated among a group of Turkish protesters wearing badges saying “NO” to the pending Genocide resolution.
Jacobs was a long-time Department of State employee before beginning work for the AJC. He is a classic realpolitiker with little patience for history when it gets in the way of the interests of the United States and the Jewish community as he (and many other foreign policy analysts) perceive them.  But two factors may be compelling him and others to sing a different tune as of late.

For one, American Jews like most other Americans, once informed of the issues, tend to support recognition of the Armenian Genocide. More importantly, however, there are real developments afoot in the South Caucasus and in Turkey that may call for a revision of entrenched positions. 

First, the current regime in Yerevan may be headed for rapprochement with Turkey. Second, the Georgian crisis along with a host of other factors that have been stewing since the American invasion of Iraq are contributing to geopolitical uncertainty in the Caucasus. 

All the players in the South Caucasus, including the Russians, are trying to balance their long-term interests with their current alliances. With Georgia and the Baku-Tblisi-Ceyhan pipeline facing an uncertain future, Armenia, currently Russia's most stable ally in the region, may reap benefits (though, to be sure, it will also endure significant economic costs). The U.S. may lose the most if it does not act fast. Certainly, Armenia has improved its strategic worth since the Georgian war. 

In a catastrophically-translated press release about the AJC visit, the Republic of Armenia expressed some hope that the Jewish organization may help to improve Armenian ties with the U.S. and Armenia's relations with its neighbors:
During the meeting, the Prime Minister of Armenia and the head of the Jewish Committee of America touched upon the possibilities for improvement of the Armenian-Turkish and Armenian-Azerbaijani relations, the furtherance and expansion of cooperation with the United States [...] as well as the outlook for [...] strengthening the Armenian-Israeli political ties based on the historical and many other affinities between the Armenian and Jewish peoples. The parties said to be convinced that this might be instrumental in the betterment of Armenia's relations with the countries of our region. Peter Rosenblatt emphasized the need for raising awareness about Armenia in Israel which is susceptible to be ensured through active implementation of [...] cultural, educational and other programs.

Prime Minister Tigran Sargsyan reiterated our country's position with regard to the settlement of its relations with Turkey by stressing Armenia's readiness to establish relations without pre-conditions.

Friday, March 28, 2008

Un point sur l'actualité arménienne: la descente aux enfers continue

Les élections présidentielles qui ont eu lieu le 19 février ont vu la victoire au premier tour du Premier ministre actuel et favori du Président sortant, Serge Sargsian. Le candidat qui était son principal opposant, Levon Ter Petrossian est l’ancien Président (1991-1998) et l’homme qui a conduit le pays à l’indépendance entre 1988 et 1991. La campagne a été virulente et très suivie par les citoyens, et les résultats le jour du scrutin ont donné une avance telle à Sargsian qu’elle a donné à tous (sauf aux observateurs de l’OSCE apparemment) le sentiment que les résultats étaient gonflés par des irrégularités surtout au moment du comptage : après plusieurs estimations qui donnaient 57% à Sargsian et 19% à Ter Petrossian les résultats définitifs sont redescendus à 52% contre 25%. Dès le lendemain, 20 février, Ter Petrossian a réunit une manifestation de plusieurs dizaines de milliers de personnes et organisé un campement de tentes sur la place de la liberté. Aucun débordement n’a eu lieu ni ce jour là, ni les jours suivants qui ont vu les manifestations se poursuivre dans le calme. Ter Petrossian se prétend le vainqueur des élections et appelle au mieux à une démission immédiate du gouvernement qu’il qualifie de « cleptocratie» et au moins à la tenue de nouvelles élections. L’OSCE dans son compte-rendu provisoire a noté des irrégularités pendant le décompte mais a malgré tout validé le scrutin le disant en règle avec les critères internationaux et les engagements de l’Arménie. Notons que dans les trois jours qui ont suivi l’annonce des résultats 10 fonctionnaires du MAE dont certains en poste à l’étranger ont démissionné par protestation, et le procureur général adjoint, Gagik Jahangirian a rejoint l’opposition. Il est maintenant en détention. Kotcharian a dès le 23 février précisé que les forces de maintien de l’ordre étaient prêtes à intervenir pour assurer le calme et l’ordre public si un coup d’Etat se profilait. A cette date les arrestations politiques ont commencé, sur des personnalités en vue dans l’équipe de campagne de Ter Petrossian. Sur le plan politique, Sargsian a lancé une manœuvre de ralliement de la troisième et quatrième force politique de cette campagne, en engageant des négociations sur les postes à pourvoir.
Le 28 l’ex-KGB admet avoir envoyé deux hommes de son administration dans la manifestation de Ter Petrossian, que celui-ci avait accusé de pousser à la violence. Le lendemain, nouvelle mise en garde de Kotcharian, plus sévère.

Le 1er mars, le campement de tentes est dispersé brutalement par la police, Ter Petrossian ramené à son domicile par le chef de la sécurité personnelle de Kotcharian où il est place en résidence forcée. Quelques heures après, 10000 personnes se rassemblent entre la mairie et l’ambassade de France, et se barricadent derrière des bus. Ter Petrossian entame un dialogue avec les autorités leur demandant de l’autoriser à revenir auprès des manifestants pour les appeler au calme et éviter de nouveaux incidents. Le dialogue échoue. Dans la soirée le Président déclare l’état d’urgence, le rassemblement est dispersé après des affrontements entre les policiers et les manifestants qui font 8 morts (dont un du côté des policiers) et 230 blessés des deux côtés. On ignore tout des circonstances dans lesquelles ces 8 personnes ont été tuées. Les forces de l’ordre diront qu’ils ont dû sévir à cause de rapports qui indiquaient la présence d’hommes armés parmi les manifestants. La preuve de l’existence de ces armes aurait été faite quand les manifestants avaient repoussé les policiers avec des barres de fer. Une division blindée est envoyée quadriller la zone de l’affrontement à 4h du matin dans la nuit du 1er au 2. Deux députés proches de Ter Petrossian, Miasnik Malkhassian et Hakob Hakopian viennent grossir le nombre des détenus politiques, à 30 le 02 mars. Deux autres sont en fuite : Khatchatour Sukiassian et Sasun Mikaelian. Les auditions préliminaires ont déjà commencé pour ces deux députés, qui ont perdu leur immunité parlementaire après un vote du Parlement le 04 mars. Le 03 mars un décret du président suspend la liberté de la presse pendant la durée de l’état d’urgence, jusqu’au 20 mars, cependant que la Cour Constitutionnelle commence les auditions par rapport aux plaintes sur les irrégularités des élections. La communauté internationale, par la voix des Etats-Unis, de l’ONU et de l’OSCE, a appelé à l’abréviation de l’état d’urgence et au dialogue entre les parties.

Le 04 mars parvient également la nouvelle d’une rupture du cessez-le-feu au Karabakh. Chacune des parties rejette la faute sur l’autre. Le nombre de victimes irait de 02 à 10 selon les sources, en majorité des soldats azerbaïdjanais. La communauté internationale appelle au respect du cessez-le-feu par toutes les parties. Ce matin 08 mars, des rapports de presse azérie, turque et macédonienne parlent d’une alliance militaire entre la Turquie et l’Azerbaïdjan pour lancer une opération de débusquement de terroristes du PKK réfugiés au Haut-Karabakh.

Les autorités continuent à durcir leur position et à condamner toutes les voix dissidentes sur leur gestion de la crise, celle du médiateur de la République (ombudsman), Armen Harutiunian par exemple, et parlent de la possibilité d’arrêter Levon Ter Petrossian et de le faire passer en jugement si les auditions de ces camarades laissent penser qu’un coup d’Etat s’organisait. Ce matin (08 mars), le procureur général Aghvan Hovsepian, a exposé « l’hypnose de masse » dont Ter Petrossian a fait usage pour parvenir à rassembler autant de monde dans les rues ; il envisage par conséquent de faire appel à l’expertise de psychiatres et de psychologues au cours des procès qui doivent s’ouvrir le plus vite possible.

Le 06 mars, Matthew Bryza, assistant adjoint au secrétariat d’Etat aux affaires européennes et eurasiennes, a rencontré le Président Kotcharian. Il s’est gardé de condamner la proclamation de l’état d’urgence souhaitant qu’il soit levé au plus vite, a appelé au calme et au dialogue, et à ne pas faire la chasse aux opposants politiques, alors que les chiffres du gouvernement donnent ce matin le chiffre de 68 détenus. L’Union Européenne a, elle, demandé à ce que toutes les personnes arrêtées pour avoir participé aux manifestations soient relâchées. Bryza a aussi rencontré Ter Petrossian et Raffi Hovannissian, dont le parti est le seul parti d’opposition représenté au Parlement. Dans un article paru le 05 mars dans Washington Post, Ter Petrossian demandait à la communauté internationale de condamner fermement les actes du gouvernement arménien, précisant que l’absence de réactions énergiques des pays occidentaux et des organisations internationales amèneraient « les Arméniens à tirer deux conclusions indésirables : que les moyens pacifiques et légaux sont inutiles dans une lutte politique, et que l’Ouest se soucie de démocratie uniquement quand ça l’arrange politiquement. »

Je résume : les Etats-Unis et l’OSCE très prudents, et de toute façon pour ne pas troubler les choses et que les conflits ne reprennent pas dans le Caucase, et surtout que le BTC ne souffre pas de tout ça. Poutine satisfait de la gestion de la crise par les autorités. L’Azerbaïdjan qui en profite pour faire monter la sauce. Les media silence radio. 8 morts, plus de 100 prisonniers politiques, à la date du 28 mars 2008. Un procès qui promet de nous rejouer les meilleures scènes juridiques de l’époque brejnevienne.